سكس

سكس مصري

نسوانجي

سكس

L’art arabe dans les monuments du Caire

Arab Art in the Monuments of Cairo

L’art arabe dans les monuments du Caire : du septième à la fin du dix-huitième siècle.

L’art arabe d’après les monuments du Kaire : depuis le VIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe est un vaste ouvrage, somptueusement conçu, qui illustre la richesse de l’art et de l’architecture islamiques telle qu’elle s’incarne dans l’aspect des rues, des bâtiments, des monuments, des arts décoratifs, des livres et des manuscrits du Caire. L’ouvrage a été réalisé par Achille-Constantin-Théodore-Émile Priss d’Avenne, qui aurait personnellement supervisé l’impression de cette édition et de son autre chef-d’œuvre, un somptueux atlas sur l’art égyptien. L’ouvrage contient 200 illustrations pleine page en trois volumes ; chaque volume a sa propre table des matières. Les dessins sont accompagnés de brèves légendes, mais il n’y a pas de texte explicatif dans le livre. La plupart des illustrations sont en lithographie couleur, une technique utilisée au XIXe siècle pour reproduire des images multicolores.

Priss d’Avennes est né en France en 1807. Il a beaucoup voyagé en Égypte et en Afrique du Nord. L’érudit est également connu sous le nom d’Idris (ou Edris) Efendi, nom qu’il a adopté après sa conversion à l’islam. Priss d’Avennes a été l’un des premiers à apporter une contribution significative à l’égyptologie et à l’orientalisme en général, mais beaucoup de choses restent inconnues dans sa biographie. Il a vécu une vie longue et active, au cours de laquelle il a été instructeur militaire, ingénieur en irrigation, a combattu dans la guerre d’indépendance grecque dans les années 1920, s’est converti à l’islam et a servi les dirigeants égyptiens, et a publié des revues universitaires et appartenu à des sociétés savantes. Il a été peu ou pas reconnu comme le père fondateur de l’égyptologie, peut-être parce qu’il a initié l’exportation d’antiquités d’Égypte vers la France.

READ  Détail de la mosquée de Yazd, en Iran